top of page
  • natashadouliez

Le mot « coach » vient du mot français « cocher »

Dernière mise à jour : 25 juin 2023


Le mot « coach » vient du mot français « cocher » : un professionnel qui conduit une personne importante dans une direction donnée. Mais dans le coaching, le « cocher » remet progressivement la « voiture » au client et lui apprend à la conduire. C'est un carrosse magique 😊

Le but du coaching est d'apprendre à gérer ses propres difficultés.

Mes outils et techniques combinent de nombreuses approches, notamment la PNL (programmation neurolinguistique), l'AT (analyse transactionnelle), la CNV (communication non violente), l'analyse systémique, la psychologie positive et d'autres techniques efficaces : tout ce qui peut aider mon client à transformer l'anxiété en enthousiasme, à se débarrasser de la déprime et à commencer à savourer pleinement la vie - ce qui est la raison d'être du coaching.

J'aime cette pratique car qu'il s'agit d'une approche créative : je suis toujours à la recherche de nouvelles techniques. Ce qui m'aide, c'est la capacité d'écouter attentivement, d'observer attentivement et de voir la situation sous un angle différent.

Chaque histoire est unique. J'ai récemment accompagné deux couples. Dans l'un, après le coaching, les partenaires ont cessé de se disputer et ont commencé à s'aimer. Dans l'autre, ils ont trouvé la joie ailleurs, parce qu'ils ne voulaient plus la chercher chez l'autre.

J'aide les gens à comprendre leurs émotions au lieu de croire que c'est leur entourage qui les met en colère, les rend tristes, dépressifs, anxieux, furieux, confus, déçus ou angoissés.

Contrairement à la psychothérapie, où (dans la plupart des écoles), premièrement, il y a un médecin sachant et un patient malade, et deuxièmement, il n'y a pas de date de fin fixée.

Dans le coaching je me pose la question « Comment cette personne peut-elle améliorer sa vie aujourd'hui ? » En outre, le client et moi sommes sur un pied d'égalité - il est l'expert de sa vie, je suis l'expert du coaching. Ensemble, nous cherchons comment il ou elle peut créer un environnement propice au changement souhaité.

Lors de la prise de contact avec le client, je cherche à savoir : Quelle est sa quête ? Qu'est-ce qu'il a entrepris par rapport à sa situation personnelle lorsqu'il a décidé de demander de l'aide ? Quels sont ses sentiments ? Quel est le comportement qu'il n'aime pas chez lui ? Est-il déprimé ? Est-il souvent en colère, s'ennuie-t-il, a-t-il peur de quelque chose ? Est-il malheureux dans son mariage ? Il y a toujours un sentiment, une pensée ou un comportement qui fait qu'une personne n'est pas complètement heureuse - sinon elle ne se convertirait pas. Qu'est-ce qu'elle veut changer ? La réalisation du changement souhaité devient alors notre contrat.

Le résultat ne dépend pas du « pouvoir magique » du coach, mais du travail effectué par le client. Un bon coach ne vous donnera pas de garantie, mais vous fournira tout ce dont vous avez besoin pour qu'à la fin des séances, vous soyez plus léger, plus heureux, plus riche, plus comblé – car tout cela, toute votre vie en fait, ne dépend que de vous !


Natalia Douliez, Fondatrice de CEO COACH

13 vues0 commentaire

Comments


bottom of page